DSC_0215.jpg

Jörg ne se souvient plus d'avoir installé l'ampoule économique du salon. Celle pour laquelle il a menacé de ne plus jamais acheter de melons parce que tous les fruits exotiques étaient une dépense d'énergie folle. Celle pour laquelle il a été chercher l'escabeau dans le placard de la cuisine. Il l'a vissée pourtant. Il a poussé ce petit cri de triomphe qu'il aime faire résonner lors de gloires éphémères.

Jörg ne se souvient plus de la patinoire. Jörg ne se souvient plus des lacets violets sur les patins qu'il a loués. 43. Il ne se souvient plus de nos rires. Des tapis en caoutchouc juste devant les portes de bois battantes dans lesquels les pointes de nos lames se plantaient.

Il ne se souvient plus de ce billet, anodin, qu'il m'avait laissé la première fois que nous nous étions rencontrés. Il l'avait glissé dans mon livre. Le pari avait été osé. Il avait écrit avec une encre bleue derrière un billet de commissions Migros.

Cela m'énerve.

Cela le fait rire : c'est l'âge.

Cela m'énerve. Cela m'inquiète.

Jörg ne se souvient plus que je lui dis qu'il ne se souvient plus. Jörg s'étonne. Je crois qu'il a l'art de s'étonner de toutes mes remarques.